24 juillet 1981

François Mitterrand visite la base de la force océanographique stratégique de l’île Longue, dans la rade de Brest.


Mitterrand et l’Allemagne : la véritable histoire


par Hubert Védrine,Jean-Louis Bianco

Une exposition à Château-Chinon


par François Martin

Le gouvernement de la gauche face aux difficultés économiques


par Vincent DUCHAUSSOY,Floriane GALEAZZI

10 mai 1981 : retours sur une victoire


par Hubert Védrine,Pierre Mauroy,Gérard Grunberg,Jérôme Jaffré,François Miquet-Marty

Site internet du Centenaire


par Christophe Rosé

François Mitterrand et l’audiovisuel extérieur de la France


par Michèle Jacobs-Hermès,Patrick Imhaus,Jérôme Clément

Pierre Mauroy et François Mitterrand, une longue histoire, 1965-2013


par Pierre-Emmanuel Guigo,Michel Delebarre,Anne-Laure Ollivier,Daniel Vaillant,Rémi Lefebvre,Alain Bergounioux,Ismail Ferhat,Pierre Mathiot,Gilles Finchelstein,Bernard Roman,Patrick Kanner,Georges Saunier,Louis Mermaz,Henri Nallet,Hubert Védrine

Décès d’Helmut Kohl


par Jean-Louis Bianco,Hubert Védrine

Décès de Pierre Bergé


par Christophe Rosé

Décès d’Helmut Kohl


Hommage | par Jean-Louis Bianco , par Hubert Védrine le 19 juin 2017

"Nous en sommes aux 64e consultations franco-allemandes. Pour ma part, j’y assiste depuis douze ans au côté de mes amis et hôtes français. Au fil de ces douze ans, et c’est quand même tout à fait normal et naturel, nous sommes passés à travers un certain nombre de stades de développements caractérisés par des positions initiales différentes, historiquement fondées qui nous ont menés néanmoins à des initiatives communes. Sans vouloir froisser personne en Europe, si je me souviens de mon premier sommet communautaire à Copenhague en 1982, où j’ai contribué à mener les débats avec François Mitterrand, il faut quand même constater que nous avons continuellement progressé. Bien entendu, nous n’étions pas toujours d’emblée d’accord sur tout, dans la vie privée après tout, c’est aussi le cas, mais nous avons toujours parlé ensemble, discuté et lancé des initiatives en commun. Ces douze ans sont l’histoire ininterrompue d’initiatives communes franco-allemandes, germano-françaises. Y compris pour le sommet de Maastricht, on nous disait à l’époque : vous n’y arriverez pas ! C’est impossible, et puis on l’a négocié. Ensuite on nous a dit : jamais vous ne pourrez ratifier le Traité de Maastricht. Il est ratifié."
Helmut Kohl, 64e consultations Franco-Allemandes, Bonn, le 30/11/1994.

Le "Geste de Verdun"
François Mitterrand et Helmut Kohl à Verdun, le 22 septembre 1984 à l’ossuaire de Douaumont, Verdun. (DR/IFM)

D’octobre 1982 à mai 1995, le Président François Mitterrand eut comme partenaire le Chancelier allemande Helmut Kohl. À la surprise de beaucoup, car ils venaient d’horizons politiques très différents, se noua entre ces deux hommes d’État une relation étroite, ce dont témoigne la dizaine de rencontres annuelles entre eux. Cette relation politique se transforma au fil du temps en amitié vraie, fondée sur un intérêt mutuel et profond en faveur d’une relation franco-allemande la plus étroite possible et du renforcement de l’Europe. Cette volonté permit de dégager la Communauté européenne du blocage sans lequel elle se roulait du fait de Mme Thatcher, notamment lors du sommet européen de Fontainebleau en juin 1984. Déblocage qui rendit possible la grande coopération européenne des années 1985-1992. Ensemble, grâce à cette entente, ils ont fait face au mieux des intérêts français, allemands et européens aux défis de la réunification rendue possible par l’affaiblissement de l’URSS, jusqu’à ouvrir les frontières entre nos pays et lancer le projet d’une monnaie unique qui deviendra l’Euro. Parallèlement, la coopération entre nos deux pays fut intensifiée dans tous les domaines. Pour Helmut Kohl, l’amitié avec la France était une ardente obligation. Nous n’oublierons pas ses larmes lors de la cérémonie à Notre-Dame de Paris, en janvier 1996, lors du décès de François Mitterrand. Le décès de l’ancien Chancelier marque la disparition de l’une des personnalités historiques éminentes de la fin du XXe siècle. L’Institut François Mitterrand salue sa mémoire.

Hubert Védrine

Hubert Védrine, Helmut Kohl, François Mitterrand
et leurs interprètes, le 5 décembre 1990 à l’Elysée, à la veille de leur "message commun ", à Giulo Andreotti, président en exercice du Conseil des Communautés. (DR/IFM).

J’ai été le témoin direct de la relation entre François Mitterrand et Helmut Kohl. Lorsqu’il a été élu, sa première visite a été pour le Président Mitterrand. Je me souviens être allé le chercher à l’aéroport du Bourget. J’ai découvert un dirigeant déterminé, qui savait où il allait et qui avait pour l’Allemagne, pour la relation franco-allemande et pour l’Europe, un projet. Si bien que, juste avant qu’il ne rentre dans le bureau du Président à l’Élysée, j’ai cru devoir lui dire en aparté : « je pense que vous allez avoir un très bon partenaire. »

Jean-Louis Bianco

Helmut Kohl, François Mitterrand et Jean-Louis Bianco
le 4 octobre 1982 à l’Elysée. (DR/IFM)

Nous vous proposons plusieurs liens vers des articles ou archives du site de l’Institut François Mitterrand concernant les relations entre François Mitterrand et Helmut Kohl :

– Lire l’intégralité de la conférence de Presse conjointe du 30 novembre 1994 lors des 64e consultations Franco-allemandes.

– Lire l’intégralité de la Lettre au président du Conseil européen sur l’Union politique - 6 décembre 1990

– Lire l’article Verdun : le geste Mitterrand-Kohl

– Lire l’article Relations entre François Mitterrand et Helmut Kohl

– Lire l’article 1989, le retour de la question allemande : vers la réunification

– Lire l’article Le Traité de Maastricht : la dernière grande oeuvre européenne de François Mitterrand

– Lire l’article « Il faut réinventer les bases de l’accord franco-allemand »


IFM — 33 rue du Faubourg Saint-Antoine 75011 Paris — Tél. +33 1 44 54 53 93 — Fax. +33 1 44 54 53 99 — ifm@mitterrand.org — © 2005-2017 — Mentions légales